Les violences post-séparation

En 2018 et 2019, Solidarité Femmes s’est penchée sur le thème de la sécurité des femmes et enfants en contexte de violences conjugales post-séparation.

Notre chercheure s’est plongée dans dans les archives de Solidarité Femmes et a analysé les dossiers relatifs aux hébergements et aux accompagnements entre 2012 et 2017.

Elle a recueilli les témoignages de 15 profils de répondantes sélectionnées parmi 77 dossiers de femmes séparées du conjoint violent (séparation matérielle ou judiciaire) et hébergées par Solidarité Femmes pendant une période de trois mois au moins.

Un questionnaire a été soumis à 50 femmes ayant au minimum fréquenté le service ambulatoire (44/50 complétés et analysés statistiquement).

L’analyse a été à la fois quantitative et qualitative.

79 % des femmes sondées déclarent encore subir des violences après une séparation, celle-ci pouvant remonter à plus de 5 ans.

Les conséquences se retrouvent principalement sur le plan de l’intégrité psychique des femmes, mais aussi très souvent sur le plan économique (un conjoint sur deux ne respecte pas les décisions judiciaires en matière de pensions alimentaires et de régime de garde des enfants).

Ce continuum des violences accroît considérablement la charge mentale des femmes, qui éprouvent pour nombre d’entre elles une sensation d’épuisement et ont l’impression que l’ex-conjoint ne les laissera jamais en paix.

Le sentiment de peur persiste et s’intensifie à chaque changement dans l’organisation du système (passage au tribunal, nouvelles décisions pour les enfants, nouvelle étape dans le parcours de reconstruction de madame, etc.).

Parmi les anciennes victimes, les mères semblent non sans surprise les plus touchées par les violences post séparation. Couper les ponts n’est souvent pas possible en raison des enfants. La manipulation des enfants de la part de l’ex-conjoint violent ou les menaces de faire perdre la garde sont des exemples de violences post-séparation.

Cette recherche a bénéficié du soutien de l’Institut pour l’Egalité des Chances de la Fédération Wallonie Bruxelles. Elle a donné lieu à une publication et un colloque international, en octobre 2019.

La publication :

Les violences conjugales en FWB. L’impossible rupture. Clés de lecture et chiffres pour penser la sécurité des femmes et enfants dans un contexte de violences conjugales post-séparation, Emmanuelle MELAN, 2019.

Le colloque :

« L’impossible rupture. Penser la sécurité des femmes et enfants en contexte de violences conjugales post-séparation ».

15 et 16 octobre 2019, Louvexpo, La Louvière.

Présentation de la recherche sur les violences conjugales post-séparation (E. Mélan) / Colloque international L’impossible rupture (2019)

Les différentes interventions du colloque sont visibles sur notre chaîne Youtube.